Fusillé pour l'exemple : Denis Cherer au casting

Nouvelle République du 22/05/2017

Denis Cherer figurera au casting de la pièce mise sur pied par deux Lochois, l'historien Bernard Briais et la metteure en scène Pascale Sueur autour d'un Poilu fusillé pour l'exemple. 

La création de la pièce de théâtre de deux Lochois sur un fusillé pour l’exemple est prévue en septembre. Avec l’acteur professionnel Denis Cherer sur scène.

Il n'est pas un inconnu, dans le Lochois. En 2015, le comédien et scénariste professionnel Denis Cherer a prêté sa plume pour le spectacle solidaire de l'École buissonnière, alors mis en scène par Pascale Sueur. Puis, en 2016, il s'est produit à l'espace Agnès-Sorel aux côtés d'Anémone et de son frère Pierre-Jean Cherer, pour sa pièce « Les Nœuds au mouchoir ».

Denis Cherer commence à tisser une histoire sérieuse avec le Lochois. Et il va la continuer. Dès septembre, il figurera au casting de la pièce mise sur pied par deux Lochois (*), l'historien Bernard Briais et la metteure en scène Pascale Sueur autour d'un Poilu fusillé pour l'exemple. Intitulée « Emmanuel P. fusillé pour l'exemple », elle évoque le destin à la fois vrai et tragique d'Emmanuel Pairault, originaire de Loudun (Vienne), exécuté à l'âge de 23 ans le 9 octobre 1915.

Reconnaissance nationale

Le dossier de la demande de réhabilitation d'Emmanuel Pairault est arrivé un peu par hasard entre les mains de Bernard Briais. La bravoure du jeune soldat ne fait guère de doute, tout comme le fait qu'il a été victime d'une vengeance de la part de son supérieur. Mais la famille de Pairault n'a jamais obtenu que la justice le blanchisse. Bernard Briais et Pascale Sueur se sont battus pour faire vivre ce projet fort. Ils ont obtenu il y a trois mois le label national de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale (NR du 3 mars). Et viennent de rencontrer des représentants de la ville de Loudun pour évoquer cette pièce autour du sort cruel de l'un de ses enfants.
Dans le casting, Denis Cherer incarnera un président du tribunal, convaincu dès le départ de la culpabilité d'Emmanuel Pairault. Le comédien explique avoir été séduit par ce projet « un peu hors norme »(lire ci-dessous).

(*) Soutenue par la sénatrice Stéphanie Riocreux.

 

Pierre Calmeilles

Réalisation : TIC'Clic by François Poidevin   

D'après une création graphique originale de Marcus Bell

Crédits photos "Le Rêve à l'Envers", Stéphane Desiré, Marie Tardiveau

Illustrations, Topaz

© novembre 2017 | Cie Le Rêve à l'Envers

Mentions légales