Du théâtre pour ne pas oublier l’Histoire

Tours Ma Ville (14/11/2018)

Emmanuel P. et à sa gauche son avocat, lui aussi soldat et instituteur de métier.

Près de 800 collégiens d’Indre-et-Loire ont assisté mardi à une représentation un peu spéciale au Grand Théâtre de Tours. Lever de rideau sur la pièce « Emmanuel P. fusillé pour l’exemple ».

Des centaines d’adolescents parlent et rigolent au milieu du décor romanesque de l’opéra de Tours. « Nos tout premiers spectateurs étaient des jeunes de votre âge », introduit la metteuse en scène, Pascale Sueur. Avec le conseil départemental, elle organise cette représentation depuis plusieurs mois. « Avec la compagnie Le Rêve à l’Envers, on a travaillé beaucoup pour vous, continue-t-elle en arrêtant leurs voix juvéniles. Vous avez la chance de vivre dans un pays en paix, même si la guerre est à nos portes. Il est important de construire un monde de paix et vous êtes ceux qui construiront ce monde, on a besoin de vous. »

En ce jour particulier (la représentation a eu lieu le 13 novembre – NDLR), trois ans après les attentats du Bataclan et un peu plus de cent ans après l’armistice de la Première Guerre mondiale, près de 800 collégiens de tout le département sont venus assister à la représentation d’Emmanuel P. Fusillé pour l’exemple.

Fusillés pour l’exemple

Inspirée d’une histoire vraie, cette pièce tragique a été écrite par l’historien lochois Bernard Briais. Il a sorti non pas du placard mais d’un grenier poussiéreux, des lettres de Poilus et le dossier de demande de réhabilitation d’Emmanuel Pairault. Après quelques recherches aux archives, il se rend compte qu’il existe une version officielle et une version officieuse de cet événement.

Les centaines de collégiens ont suivi la représentation comme un cours d’histoire grandeur nature au Grand Théâtre de Tours.

Emmanuel Pairault, originaire de Loudun dans la Vienne, âgé de 23 ans, est condamné à mort par le conseil de guerre du 9 octobre 1915 pour « abandon de poste en présence de l’ennemi ». Assis aux côtés du président de ce conseil, pour l’occasion installé au milieu de l’orchestre, les élèves découvrent à travers les témoignages des autres soldats et la plaidoirie d’un avocat inexpérimenté, instituteur de métier, qu’il s’agit en réalité d’un acte de vengeance de son supérieur, le lieutenant de Roquefeu. L’assemblée souffle son désarroi quand tombe la sentence en faveur de la peine capitale.

« Le rendre universel »

Dans une mise en scène sobre, la deuxième partie de la pièce montre les tourments de ce condamné à mort, innocent, jusqu’à ses derniers instants. « Pour rendre universel ce personnage, nous avons donné une femme et une fille à Emmanuel qui n’en avait pas », décrit Pascale Sueur.

La Cie Le Rêve à l’Envers, de Ligueil en Indre-et-Loire, a mis plus d’un an et demi à financer ce spectacle sur le sujet délicat des « fusillés pour l’exemple ». Une pièce qui évoque également les combats et les traumatismes psychologiques des soldats.

Soutenue par le label national de la Mission du centenaire de 14-18, elle est jouée depuis février dans la région et sera présentée prochainement à Paris devant des professionnels, pour une éventuelle une tournée dans toute la France. « J’aimerais pouvoir continuer ce travail auprès des jeunes », conclut la metteuse en scène. Pour ne pas oublier tous ceux qui sont morts pour la France.

François Chaix dans le rôle du Président du conseil de guerre

Réalisation : TIC'Clic by François Poidevin   

D'après une création graphique originale de Marcus Bell

Crédits photos "Le Rêve à l'Envers", Stéphane Desiré, Marie Tardiveau

Illustrations, Topaz

© novembre 2017 | Cie Le Rêve à l'Envers

Mentions légales