La nouvelle vie du poilu loudunais “ fusillé pour l’exemple ”

Nouvelle République du 06/09/2018

Olivier Coligon et Tom Le Squer dans le rôle d’Emmanuel P. 

La pièce lochoise sur un jeune poilu injustement exécuté va être rejouée cet automne. A Loches, mais aussi dans la ville natale du soldat, à Loudun.

On se souvient du triomphe au moment de la création de la pièce. C’était en février, à Ligueil. « Emmanuel P. fusillé pour l’exemple », son auteur lochois Bernard Briais, sa metteure en scène Pascale Sueur et les comédiens, tous littéralement habités par le message de la pièce, recueillaient enfin les fruits de plusieurs années de travail.
Leur persévérance vient à nouveau de payer. Cette œuvre pas comme les autres, librement inspirée d’un fait réel et retraçant le procès du jeune soldat loudunais Emmanuel Pairault injustement exécuté à 23 ans pendant la guerre de 14, va connaître une nouvelle vie.
La pièce, qui a reçu le label national Mission centenaire Grande Guerre, va enfin être jouée à Loches, le 9 novembre (1). Deux jours avant les 100 ans de la signature de l’Armistice de 1918. « Tout est là pour en faire un événement dans le cadre de la fin des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale », commente Pascale Sueur.

Joué chez le poilu
Plus symbolique encore, la pièce va être donnée quelques jours plus tôt dans la ville d’origine d’Emmanuel Pairault. La commune de Loudun a en effet acheté la pièce pour une représentation le 27 octobre (2). Une étape forte, souhaitée de longue date par l’équipe de la pièce.
« Le but, c’est aussi d’obtenir la réhabilitation de Pairault. Son cas est net : il est victime d’une vengeance [de son supérieur, NDLR] », explique Bernard Briais qui espère que la Ville de Loudun inscrira le nom d’Emmanuel Pairault sur son monument aux morts, à côté de celui de son frère, lui aussi mort pendant la guerre de 14.
Historien, il a longuement étudié les témoignages, collectés pour les trois demandes de réhabilitation déposées en vain dans les années 20 et 30. Tous sont concordants : le jeune poilu a été victime d’une injustice.
Le casting variera peu (3). Denis Cherer, le phénoménal François Chaix ou encore Tom Le Squer, touché par le fait d’incarner à nouveau Pairault en particulier dans la ville natale du poilu, seront au rendez-vous. Seul Nicolas Boucaud, qui jouait le supérieur du poilu, sera indisponible. Il sera remplacé par un jeune comédien du Lochois.


(1) Le 9 novembre à l’espace Agnès-Sorel, mis à disposition par la Ville. Billetterie ouverte dès le 12 septembre, au magasin Picottie’s (sous la mairie) et sur le site internet Helloasso. (2) Le 27 octobre à l’espace culturel René-Monory de Loudun.

Repères
> Soutiens (1). La pièce « Emmanuel P. fusillé pour l’exemple » a d’abord vu le jour avec le soutien de l’association « Le Rêve à l’Envers ». Son auteur, Bernard Briais, parle avec émotion de « la foi qu’elle a eue dans la pièce ».
> Soutiens (2). Elle a été créée avec l’appui du label « Mission centenaire » (*) du ministère des Armées et de la Ville de Ligueil. Sans parler des contributions de particuliers, au travers d’une campagne de financement participatif sur internet, et de mécènes privés.
> Soutiens (3). Pour la représentation du 9 novembre prochain à Loches, les conseillers départementaux du canton de Descartes, l’équipe de la pièce a également reçu le soutien de Gérard Dubois et Geneviève Galland. L’union des commerçants de Loches est également partenaire.
> Difficultés. La compagnie a été confrontée au fait que certains décideurs politiques ont certainement eu peur du sujet. Mais, comme les spectateurs ont pu en juger en février « Emmanuel P. fusillé pour l’exemple » n’est en rien un spectacle partisan. C’est un drame humain, fort.
(*) Les adjoints au maire de Loches Stéphane Blond et Jean-Paul Teston ont défendu le dossier pour le processus d’obtention du label.

Réalisation : TIC'Clic by François Poidevin   

D'après une création graphique originale de Marcus Bell

Crédits photos "Le Rêve à l'Envers", Stéphane Desiré, Marie Tardiveau

Illustrations, Topaz

© novembre 2017 | Cie Le Rêve à l'Envers

Mentions légales