Une émouvante évocation

Nouvelle République du 23/11/2017

Silence impressionnant pendant le récit de Pascale Sueur. 

En cette période du centenaire de la Grande Guerre 1914-1918, une cérémonie s’est déroulée à Ligueil où, parmi l’assistance, de nombreux jeunes étaient présents réunis dans une grande et vive émotion.
Il fut rappelé que, le 9 octobre 1915, à 10 h 27, le soldat Emmanuel Pairault, âgé de 23 ans, de la compagnie 12/1 du Génie, condamné à mort la veille par le conseil de guerre de la 23e DI « pour abandon de poste en présence de l’ennemi » était fusillé à Duisans, dans le Pas-de-Calais.
C’est la comédienne Pascale Sueur qui a lu deux lettres de ce soldat originaire de Loudun, dans un impressionnant silence. 
Beaucoup de personnes ont été très émues par ce témoignage, dont les anciens d’Afrique du Nord qui ont ensuite dialogué avec la lectrice.
Pourquoi cette cérémonie à Ligueil ? Parce que ces deux lettres évoquées par la comédienne sont tirées d’un spectacle qui y sera créé et joué les 17 et 18 février. 
Cette pièce, l’historien lochois Bernard Briais, l’a écrite d’après les documents tirés du procès de ce jeune soldat.

Réalisation : TIC'Clic by François Poidevin   

D'après une création graphique originale de Marcus Bell

Crédits photos "Le Rêve à l'Envers", Stéphane Desiré, Marie Tardiveau

Illustrations, Topaz

© novembre 2017 | Cie Le Rêve à l'Envers

Mentions légales